Rheomuco, pour mieux comprendre et prendre en charge la mucoviscidose

Rheomuco permet de quantifier et objectiver la viscoélasticité des sécrétions broncho-pulmonaires pour acquérir des connaissances nouvelles sur la mucoviscidose, comprendre certains mécanismes de cette pathologie, ou encore identifier et valider de nouveaux traitements.

La mucoviscidose est une maladie génétique caractérisée par une augmentation de la viscoélasticité du mucus. Le gène CFTR, codant normalement pour un canal ionique responsable du passage d’ions Cl – dans le mucus, est muté. L’osmose qui en résulte modifie l’hydratation du mucus, empêchant ainsi sa fluidification. La présence de germes semble aggraver ce phénomène via l’ADN qu’ils libèrent.

L’étude des propriétés physiques/rhéologiques du mucus pulmonaire a pris de l’ampleur au fil des années et apparait aujourd’hui comme essentielle dans l’amélioration des traitements contre la mucoviscidose.

Rheomuco, instrument dédié à la mesure de la viscoélasticité de ce mucus, a fait l’objet d’une première étude clinique « Assessment of Rheological Parameters of Human Sputum » [Rheomuco, NCT02682290] réalisée au CHU de Grenoble-Alpes, en lien avec l’Université Grenoble Alpes et l’Inserm. Des résultats préliminaires ont été présentés en 2017 lors de la 40th European Cystic Fibrosis Conference.

Cette étude clinique confirme que Rheomuco permet de discriminer les malades et mesure objectivement l’efficacité d’un traitement. Des essais en laboratoire menés en interne aboutissent aux mêmes conclusions.

Suite à ces résultats prometteurs, l’évaluation du potentiel du Rheomuco se poursuit dans le suivi personnalisé de l’efficacité du traitement chez les malades de la mucoviscidose. Un dispositif médical de diagnostic in vitro (DMDIV) est à l’étude.

neque. ipsum dolor justo odio felis Donec nec