La mesure de la viscoélasticité du mucus broncho-pulmonaire, une donnée tangible pour vos études

La rhéologie, science de la matière en écoulement, fournit une donnée quantitative et objective de la viscoélasticité. Appliquée au mucus, cette mesure représente l’état physique des sécrétions broncho-pulmonaires.

Un niveau anormalement élevé des propriétés visqueuses (G’’) et élastiques (G’) des sécrétions engendre une difficulté à expectorer et un encombrement des voies pulmonaires.

Les propriétés viscoélastiques anormales sont reliées à la surproduction de glycoprotéines de type mucines et l’hypersécrétion, caractéristiques courantes des pathologies d’inflammation chronique des voies respiratoires.
La rhéologie du mucus permet de discriminer, voire de stratifier les pathologies.

La forte augmentation de la viscoélasticité des fluides biologiques est en relation avec les phases d’exacerbations caractéristiques de nombreuses maladies respiratoires, telles la Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO) et la Mucoviscidose. L’approche rhéologique trouve donc toute sa place pour mieux comprendre, anticiper ou soigner ces phases.

Enfin, la rhéologie a été utilisée en clinique afin de valider l’effet de mucolytique.

Depuis les années 60, les chercheurs étudient de plus en plus les propriétés viscoélastiques des sécrétions broncho-pulmonaires, la moyenne est passée de 10 à 20 publications par an depuis 2012. Les données mesurées sont des propriétés mécaniques tangibles et rigoureuses liées à la structure du mucus.

composition du sputum de rubin

Rheonova a créé Rheomuco, un équipement de précision inédit et simple d’utilisation, dédié à l’étude des sécrétions pulmonaires.

Demandez une démonstration  !

Malgré des résultats probants (voir notre centre documentaire), cette approche biophysique est restée confidentielle en raison de la complexité de la rhéologie classique. La principale raison vient de l’usage des rhéomètres macro et micro actuels.

Les rhéomètres macro nécessitent des volumes importants d’échantillon mais permettent de travailler sur des échantillons contenant des hétérogénéités et de réaliser un grand nombre de protocoles de mesures. Cependant ce sont des machines scientifiques dont l’utilisateur doit être un expert en rhéologie.

Les rhéomètres micro ont une utilisation plus simple avec un seul protocole, mais la présence d’hétérogénéités affecte la répétabilité des mesures. De plus ce sont souvent des bancs expérimentaux non standardisés.

Enfin, la nécessité de développer un appareil dédié fait partie de la conclusion de certaines études. Ces constats ont inspiré Rheonova pour créer Rheomuco, un équipement de précision inédit et simple d’utilisation, dédié à l’étude des sécrétions pulmonaires.

eleifend ut Praesent Nullam Aenean Phasellus risus in justo